Accueil > Profil > Espace presse > Telematique embarquee, protection des donnees personnelles

Telematique embarquee, protection des donnees personnelles

Telematique embarquee, protection des donnees personnelles

Jeudi, 1 juin 2017

Episode 2 – Protection des Données Personnelles

 

Technologie et voiture ont toujours fait bon ménage. Ces dernières années, les systèmes d’électronique embarquée se trouvent au cœur des nouvelles fonctionnalités de l’automobile. Mais  pour les utiliser à bon escient, il convient de respecter certaines règles.  Les entreprises doivent faire preuve d’un haut niveau de transparence et appliquer des standards et des pratiques conformes à l’éthique.

 

L’avenir est prometteur. La télématique embarquée permet de collecter les données du véhicule liées à l’éco conduite et à la sécurité routière en particulier. Chaque jour dans le monde, près de 20 000 nouveaux véhicules sont équipés de systèmes de télématique intégrés. Les gestionnaires de flotte et l’entreprise dans sa globalité doivent respecter certaines règles s’ils souhaitent faire remonter des données des véhicules à l’employeur. A commencer par un devoir d’information vis-à-vis du conducteur. « Le management doit au minimum consulter les instances représentatives de l’entreprise et informer les conducteurs de la mise en place d’une solution de télématique, précise Brigitte Fouque, Directeur de programme Arval Active Link.

 

Le devoir de communication

Les conducteurs doivent être non seulement  informés de  l’installation d’un équipement technologique pouvant collecter des données sur leur véhicule, mais également de la nature et de la finalité de ces données.

Une déclaration à la CNIL doit par ailleurs être effectuée par le responsable de traitement mentionnant notamment le type et les finalités des données collectées.

Quant au délai de conservation des données, il va dépendre du type de donnée et  de la finalité. A noter que les conducteurs conservent le droit de s’opposer pour motif légitime à cette collecte des données. De surcroît, le système d’électronique embarqué doit leur permettre de pouvoir bloquer la collecte de positions lors de l’usage privé.

 

Le mode privé

Les conducteurs ont la possibilité à tout moment (a priori ou a posteriori) de qualifier un trajet en mode privé. «La fonction « Vie Privée » dans l’application Arval Active Link (accessible sur smartphone et desktop) ou l’utilisation d’un bouton « vie privée » installé dans le véhicule (recommandée par Arval lorsque une option incluant l’utilisation de la géolocalisation a été souscrite) permettent au conducteur de gérer en toute autonomie la qualification de ses trajets. S’il le souhaite, le conducteur dispose d’un mode blocage de la collecte de positions pour les trajets « Privés ». En tout état de cause, seuls les conducteurs ont accès aux détails des trajets privés » souligne Brigitte Fouque.

L’offre Arval Active Link

Via une interface en ligne personnalisable, intuitive et évolutive, Arval Active Link permet d’accéder à un large éventail d’informations de la flotte : consommations de carburant et émissions moyennes de CO2, kilométrage, temps de parcours, styles de conduite, qualification des trajets professionnels et privés.

Cette panoplie d’outils incluse dans l’offre Arval Active Link est complété par trois options cumulables :

Active Journey pour une gestion optimisée des usages professionnels et privé des véhicules et pour améliorer l’organisation opérationnelle

Active Routing pour gérer les positions des véhicules en temps réel et optimiser la réactivité et la qualité de service

Active Sharing pour faciliter la gestion des véhicules de pool en identifiant précisément les conducteurs à chaque trajet. 

 

[ Lire l’épisode 1 ] – Des leviers pour le conducteur