Accueil > Profil > Espace Presse > Diesel Comment y Voir Plus Clair

Diesel : comment y voir plus clair

Diesel : comment y voir plus clair

Vendredi, 10 novembre 2017

Le scandale des dispositifs d’invalidation et les inquiétudes nées des interdictions d’accès dans certaines grandes villes ont engendré une incertitude croissante quant à l’avenir du diesel en Europe. Arval a donc décidé de publier un livre blanc à propos du diesel (Pour télécharger le Livre blanc cliquez sur le lien ci-dessous).

En sa qualité de loueur multimarque indépendant de flottes de véhicules dans toute l’Europe, Arval analyse les tendances et avis des experts en matière de technologies et de l’usage des véhicules. Arval propose également ses conseils et son aide aux clients et conducteurs pour évaluer de façon judicieuse  leur choix d’un nouveau véhicule. À partir de ces questions d’actualité et de ces défis touchant la motorisation à combustion interne en général et le diesel en particulier, et conscient de la disponibilité croissante des énergies de substitution, Arval a entièrement revu sa méthode de calcul de son coût total de possession (CTP –ou « CTO »). La méthodologie d’Arval incluait déjà le paramètre coût du carburant et les taxes applicables ; s’y ajoutent désormais la possibilité de prendre en compte des paramètres spécifiques liés au conducteur comme le kilométrage total parcouru, les modes de conduite et les lieux. Ces éléments devraient permettre aux clients de choisir en toute connaissance parmi tous les types de véhicules.

Le diesel représente aujourd’hui plus de la moitié des immatriculations de voitures et véhicules utilitaires légers en Europe. Pour les flottes de véhicules, il atteint même les deux-tiers.

 

Qualité de l’air et viabilité du diesel

 

Ces 20 dernières années, la préoccupation environnementale majeure a porté sur les émissions de gaz à effet de serre (GES), plus particulièrement, sur le dioxyde de carbone (CO2). Aussi, les conditions de concurrence inéquitables en faveur du diesel ont prévalu en Europe. L’approche basée sur le CO2, qui est directement liée au rendement de la consommation de carburant, couplée à la hausse générale des prix du carburant, a considérablement augmenté la part de marché des véhicules diesel dans toute l’Europe, au détriment des voitures à essence. 

Récemment, on a pris conscience des divergences existant entre les valeurs des essais en laboratoire du Nouveau cycle de conduite européen (New European Drive Cycle - NEDC) devenu obsolète pour mesurer la consommation de carburant, le CO2, et aussi les polluants atmosphériques (notamment les oxydes d’azote - NOx) et ceux obtenus dans les essais en conditions réelles mesurées sur route. Le scandale des émissions VW en 2015 et le constat que la pollution atmosphérique urbaine ne s’était, en réalité, pas améliorée comme prévu, a accéléré le débat autour de l’impact environnemental des différents types de carburants, en particulier, le diesel.

Des gouvernements ont en conséquence annoncé (comme en France et au Royaume-Uni) leur volonté de mettre fin à la vente de voitures et véhicules utilitaires légers neufs à motorisation classique essence et diesel d’ici 2040, et de mettre en place des zones de basse émission dans la plupart des grandes villes. Nous considérons que ces zones n’élimineront pas les véhicules diesel du jour au lendemain, mais toucheront d’abord les véhicules les plus anciens, ce qui limitera fortement les effets négatifs sur les flottes dans les prochaines années puisque ces flottes sont généralement plus jeunes.

Le Nouveau cycle de conduire européen (NEDC) a été remplacé par la Procédure d'essai mondiale harmonisée pour les voitures particulières et véhicules utilitaires légers (Worldwide harmonized Light vehicles Test Procedures - WLTP) et la Procédure d’émissions en conditions de conduite réelle (Real Drive Emission Test Procedure - RDE). Les valeurs des émissions résultant de ces nouveaux essais devraient mieux refléter les conditions réelles de conduite. Une période de transition jusqu’au 1er janvier 2019 devrait donner aux équipementiers et autorités locales suffisamment de temps pour s’adapter. Aux yeux de la Commission européenne ces valeurs obtenues ne devraient pas se traduire par une augmentation directe de la fiscalité, même si on sait déjà que des écarts de 20 % (et  jusqu'à 80 %) [tt1] persisteront par rapport aux valeurs d’aujourd'hui.

Pour atteindre en 2021 les objectifs de réduction moyenne du CO2, tous les grands équipementiers adaptent leur stratégie en faisant appel à de nouvelles technologies qu’ils associent ou même substituent à l’essence et au diesel. Pour autant, nombre de ces stratégies concernent toujours des véhicules diesel, dont certains seront améliorés en y associant des versions hybrides pour deux raisons simples : ces stratégies nécessitent des investissements massifs et beaucoup de temps de réalisation. Il est donc fort probable que le diesel ne disparaîtra pas du jour au lendemain puisque les coûts d’investissements dans les énergies de substitution sont élevés et qu’il faut un temps considérable pour les mettre en œuvre. Autant de critères que les parties prenantes ne doivent pas mésestimer.

Même si la réputation du diesel a été ternie ces derniers mois dans l’opinion publique, il faut avoir à l’esprit que les changements constatés récemment dans les flottes de véhicules diesel des entreprises au profit de l’essence ont concerné spécialement les segments des petits véhicules. Cela s’explique principalement par la suppression d’offres diesel sur ces segments (plus onéreuses) et un passage partiel aux véhicules électriques (essentiellement hybrides et hybrides rechargeables) lié aux avantages fiscaux.

La situation laisse à penser que le grand public en Europe s’écarte du diesel. Il faudra donc réconcilier dans le temps l’offre et la demande aussi sur les marchés de l’occasion. Des pressions s’exerceront sur les valeurs résiduelles (VR) profitant à court terme aux autres solutions surtout l’essence, les hybrides (dont les hybrides rechargeables) et, dans une moindre mesure, les véhicules 100 % électriques.

 

La mission et l’approche d’Arval

 

La mission d’Arval est d’aider les clients à faire le bon choix dans l’environnement en évolution rapide de la construction automobile et de la réglementation, en apportant des conseils sur les choix technologiques judicieux à court, moyen et long terme. Il faudra dès l’année prochaine adapter les politiques automobiles des entreprises. Nous avons recalculé notre modèle de coût total de possession (CTP) pour prendre en compte ces nouvelles dynamiques.

Dans nos discussions sur le CTP, nous encouragerons nos clients à intégrer le paramètre conducteur dans leurs critères pour définir et parfois imposer les bons choix, non seulement pour le conducteur mais aussi pour l’entreprise et l’environnement pris globalement. Les équipes de consultants d’Arval peuvent accompagner nos clients à définir leur flotte et les aider à construire ou reconstruire leurs politiques en matière de véhicules et de mobilité pour faire face à ces nouveaux challenges.

Alors que l’opinion publique est de plus en plus sensibilisée au changement climatique et à l’impact sur l’environnement de l’automobile, Arval estime que la responsabilité sociale de l’entreprise devrait, plus que jamais, être une priorité pour ses clients. Nous voulons, non seulement informer nos clients dès que les conclusions des nouveaux tests seront connues, mais aussi leur proposer d’utiliser nos nouveaux services comme Arval Active Link, pour mieux mesurer, surveiller et influencer le comportement de leurs conducteurs et ainsi minimiser l’impact réel de leurs flottes sur l’environnement.

Comme vous le lirez dans ce livre blanc, les véhicules diesel vont rester une option forte dans de nombreuses situations parce qu’ils ont un bon rendement et que les équipementiers prennent des mesures radicales pour minimiser leur impact environnemental. Cela étant, dans des cas de plus en plus fréquents, les véhicules hybrides, hybrides rechargeables voir tout électriques deviendront de meilleures options à côté de l’essence.

Nous assistons à un changement de l’environnement politique, et le contenu de cette analyse se fonde sur les informations disponibles à ce jour. Les implications et options possibles ne se limitent pas au contenu de ce document.

 

  • Livre blanc "Clearing the air around diesel"

CLIQUEZ POUR TELECHARGER LE LIVRE BLANC EN ANGLAIS "CLEARING THE AIR AROUND DIESEL"