Accueil > Profil > Espace Presse > Mes 5 Observations Cles Suite Au Salon Geneve

« Mes 5 observations clés suite au Salon de Genève »

« Mes 5 observations clés suite au Salon de Genève »

Jeudi, 22 mars 2018

Malte Lindberg, Directeur d' Arval Consulting et du CVO (corporate Vehicle Observatory) chez Arval Suisse : « Mes 5 observations clés suite au Salon international de l’automobile de Genève »

1.La voiture de l’année est-elle vraiment notre préférée ?

La Volvo XC 40 a été élue voiture de l’année 2018, mais plus intéressant encore : il s’agit d’un SUV. Preuve s’il en est que ce segment connaît toujours un franc succès. Sa part du marché True Fleet pour les 7 plus gros pays d’Europe (Belgique, France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Espagne et Royaume-Uni) est passée de 5 % en 2004 à plus de 35 % en 2018, des résultats impressionnants. Toutefois, au vu de l’avenir de l’industrie et de ce qui sera le plus pertinent pour nos clients, mon coup de cœur pour la voiture de l’année 2018 aurait été la Hyundai Kona Electric. Ce véhicule électrique, parfait pour un usage quotidien et offrant un niveau de confort comparable aux voitures « normales », mérite d'être reconnu à sa juste valeur.

2. NEDC et WLTP

La norme WLTP entrera en vigueur en septembre 2018.  Qu’est-ce que cela signifie exactement ? Les constructeurs automobiles ont-ils indiqué les valeurs d’émissions de CO2 à la fois selon l’ancienne procédure (NEDC) et la nouvelle (WLTP) sur leur stand ?  La réponse est non. Quasiment aucune information visant à expliquer si les valeurs relatives au CO2 des véhicules avaient été obtenues selon les tests NEDC ou WLTP n’était fournie aux visiteurs. Deux constructeurs prennent cependant les devants et partagent un peu plus d’informations. Volkswagen a en effet publié une fiche explicative sur la procédure WLTP et son impact futur, tandis que BMW affiche déjà les valeurs selon la norme WLTP pour certains de ses véhicules. Du point de vue  de la gestion de flotte, ce manque de transparence sur les changements à venir est problématique : il faut que les gestionnaires puissent comprendre pourquoi les employés ne peuvent plus commander le même modèle juste parce que les « nouvelles » valeurs de CO2 ont augmenté, et pourquoi il est proscrit par la car policy.  Pour mettre en œuvre des changements de car policy, ils doivent agir dès maintenant. Et pour ce faire, ils ont besoin d’être informés.

3. Les véhicules électriques sortent de l’ombre

Tout autour de nous, les projecteurs se braquent sur les véhicules électriques. Mais encore une fois, je me retrouve à me demander si l’adoption de l’électrique comme solution à court ou moyen terme est véritablement la meilleure option. Ne devrions-nous pas nous concentrer sur les technologies existantes, comme le GNV, qui permettent de réduire les émissions de COdès aujourd’hui ? Les véhicules propulsés au GNV sont d’ailleurs déjà disponibles en quantité suffisante pour répondre à la demande du marché. Les volumes de production de véhicules électriques semblent pour l’heure bien trop bas, et les délais de livraisons sont hasardeux.  Skoda a tout l’air d’emprunter cette voie, comme le suggère la présentation de leur nouveau véhicule Vision X roulant au gaz, à l’essence et à l’électricité.

4. La mobilité ne se cantonne pas qu’aux voitures

Un stand présentait en effet une installation dédiée à deux technologies clés du futur : un drone d’Airbus et un concept-car autonome d’Audi. Le drone permet d'amèner le véhicule au conducteur juste à temps, au moment même où il ou elle en a besoin. Cette ingénieuse idée résout les problèmes liés au manque d’espace dans la plupart des grandes villes. Pourquoi le gaspiller pour des parkings si se garer en ville n’est plus nécessaire ?

5. Émotion

Les nouvelles voitures de sport haut de gamme envahissent les médias. Mais ce sont les véhicules d’autrefois, construits par la main de l’homme, ou les plus petites marques qui privilégient le design et  la qualité, qui provoquent les émotions les plus fortes.